Économie UK en 2019

Économie UK en 2019

Croissance

Économie UK en 2019

Le Royaume-Uni en crise ?

Cette publication aborde l’état de l’économie UK en 2019 en pleine incertitude du Brexit. En effet, Londres n’est pas en récession économique à l’inverse de l’Union européenne. Par contre, la sortie du Royaume-Uni provoque une crise politique sans précédent.

Au pays de la libre entreprise, le Royaume-Uni confirme sa place de leader incontesté en Europe pour les affaires, la finance et les nouvelles technologies.

Avec un environnement législatif business-friendly, la création d’entreprise en Angleterre se fait sans aucun contact avec l’administration :

  • Vérification de la disponibilité du nom de la société
  • Formalités avec immatriculation de l’entreprise sous quelques heures
  • Paiement des frais de constitution
  • Remise par e-mail des fichiers PDF certifiés
    • Formulaires d’enregistrement
    • Articles constitutifs
    • K-bis
    • Parts sociales
  • Siège social 1 an pour votre entreprise à Londres
  • Recherche et sélection d’espaces coworking
  • Gestion administrative de votre courrier 1 an
  • Introduction bancaire pour votre compte multi-devises avec une FinTech
  • Assistance à l’ouverture de votre compte bancaire

A > Coût du Pack Création + Banque + Conseil 12 mois @ 1.200 € (one shot)
B > Coût du Pack Création + Banque + Zéro Conseil @ 799 € (one shot)

Économie UK en 2019

Quid de l’économie UK en 2019 – 2020

En réalité, les prédictions catastrophiques annoncées par les experts n’ont jamais vu le jour. De plus, les banques et entreprises quittent Londres au goute-à-goutte.

En effet, le Brexodus s’avère beaucoup moins important que prévu depuis 2016. À ce jour, le Wall Street Journal indique que la Grande Bretagne n’a pas vraiment souffert.

De fait, Paris ne récolte pas le fruit de la campagne marketing réalisée. Pour cause, les lois de l’hexagone n’ont pas changé et elles attirent peu les entreprises et banques de Londres.

Un manque d’attractivité et de compétitivité, qui font mal à la France depuis des décennies.

 

 

Zoom sur le chômage !

À Septembre 2019, le taux de chômage est de 3.8%. Par ailleurs, les experts attendent une baisse à 3.5% fin 2020 – le taux le plus bas depuis 1946.

Grâce à un droit du travail alliant souplesse et demande, le Royaume-Uni arrive à créer du plein emploi à l’inverse de la France de Macron.

Au pays de la libre entreprise, on gère le Brexit et on atteint le même taux de croissance que la France pour 2019. C’est fort de café tout de même.

De plus, le Royaume-Uni est le troisième pays au monde pour les investissements étrangers. Or, Londres est l’aimant du business avec les USA et la Chine.

Depuis 2010, le parti Conservateur a créé des millions d’emplois. En opposition à la France, 2 pays, 2 visions opposées de la société !

L’économie UK en 2019 et 2020 !

Dans le futur, le marché de l’emploi du Royaume-Uni se portera à merveille avec la création de 1.600.000 emplois d’ici à 2023.

De fait, ces emplois seront principalement dans la finance, le digital, les sciences de la vie et l’industrie.

Avec des charges salariales à hauteur de 13.8% pour la part employeur, la Grande Bretagne offre un cadre législatif idéal.

Hard Brexit ou pas, l’économie britannique s’appuie sur d’excellents fondamentaux avec la bonne tenue de l’inflation, la hausse des salaires, la baisse de la dette et celle du déficit.

En outre, une économie saine et un cadre business-friendly sont les leviers de la réussite des entreprises et des TP-PME au Royaume-Uni.

La chute de la Livre Sterling

Or, le vote en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’UE a dopé l’économie britannique, les investissements étrangers au Royaume-Uni et les exportations.

Par ailleurs, s’installer à Londres (ou s’implanter au Royaume-Uni) coûte beaucoup moins cher qu’au début du mandat de David Cameron en 2010.

À ce soir, personne ne sait si le Brexit verra le jour ou une extension de l’article 50 sera demandée. En cas d’un report de la date de sortie du UK, la devise britannique remontera en flèche.

Pour sa part, le Premier Ministre Boris Johnson s’engage à obtenir un accord si possible, sans demander un report.

Si un accord entre les parties ne voit pas le jour, cela sera le Brexit dur. Ceci explique l’avance de Boris Johnson dans les sondages !

 

 

Économie UK en 2019 meilleure que celle de l’Allemagne

Une crise constitutionnelle à Londres

Devant l’indécision britannique, la classe politique allemande s’impatiente.

Alors que la date officielle du Brexit approche à grands pas, les députés votent et mettent des bâtons dans les roues à Boris Johnson.

Pour savoir si le Royaume-Uni sortira de l’Union selon les termes d’un nouvel accord potentiel de retrait entre Londres et Bruxelles, consultez notre site régulièrement !

Tandis que le projet de Theresa May a connu l’échec à 3 reprises avec 391 voix contre, et 242 pour. Boris Johnson ne va pas par 4 chemins comme dans les affaires.

Il met clairement en avant le risque du No Deal avec la campagne d’informations Get Brexit Ready à destination des particuliers et des entreprises.

Brexit : l’Allemagne s’agace

En outre, cet enlisement continu n’est pas du goût du Secrétaire d’État en charge des questions européennes au ministère des affaires étrangères en Allemagne.

Exaspéré par les multiples camouflets et la résistance de Boris Johnson, le secrétaire d’État allemand dénonce un manque total de sens des responsabilités chez les partisans du Brexit.

Clair, ce dernier voudrait bien voir rester la Grande Bretagne pour alléger les finances du budget allemand.

Michael Roth, comme la plupart de la classe politique allemande, se dit très déprimé par l’état chaotique de la situation.

Angela Merkel

Pour sa part, Angela Merkel a rappelé que ce n’était pas à l’Allemagne de décider de la posture que devrait adopter Londres, mais que c’est une décision qui doit revenir à l’ensemble de l’UE.

Elle affirme que la sortie de la Grande-Bretagne avec un accord de l’UE est dans l’intérêt des deux parties.

Devant la stagnation de la situation, on évoque la possibilité d’un report de la date de sortie de la Grande-Bretagne.

Mais pour Boris Johnson, c’est hors de question, même après 3 ans d’intenses négociations. Tout le monde en a marre.

La rédaction confirme !

Sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne

Économie UK en bonne forme malgré l’incertitude

En réalité, Boris n’exclut pas le No Deal à l’inverse de Theresa May. À dire vrai, tout le monde est à bout de souffle des deux côtés de La Manche.

Donc, il faut mettre un terme à ce feuilleton et honorer le résultat du référendum. Faute de quoi, les Gilets Jaunes britanniques verront aussi le jour à Londres.

Croissance au Royaume-Uni

En dépit du Brexit, l’économie UK en 2019 tient la route et fera jeu égal avec la France, mais aussi avec l’Allemagne.

Avec un taux prévu à 1.4%, la Grande Bretagne gère le Brexit et fera le même taux de croissance que la France.

Cependant, la dette est en meilleure santé ici à Londres et le chômage très bas. Par ailleurs, Londres connaît un boom économique.

Depuis presque 4 ans, la Perfide Albion change de Premier Ministre à deux reprises et passe tout son temps à gérer la sortie de l’Union européenne.

Avec un véritable déficit démocratique et une crise politique et constitutionnelle, la croissance est au rendez-vous.

À suivre de près !

Un expert à Londres +44 2081 44 45 46

Des questions sur l’économie UK en 2019… pour préparer 2020 ?

Prenez contact avec un spécialiste à Londres au +44 2081 44 45 46 dès 15 heures ou via WhatsApp ou Signal sur le mobile au +44 7903 813 717.

Sans attendre, abonnez-vous à la newsletter mensuelle et suivez Business Booster 247 sur Facebook, YouTube et Twitter.

Agissez comme s’il était impossible d’échouer. – Winston Churchill