Référendum pour un Brexit suisse : Plouf !

Référendum pour un Brexit suisse : Plouf !

Référendum pour un Brexit suisse

Limitation de l’immigration massive en Suisse ?

La Suisse possède des accords avec l‘Union Européenne

Ce dimanche 27 septembre, les électeurs suisses ont décidé par référendum que les citoyens de l’Union européenne continueraient  à travailler et à vivre dans le pays avec la libre circulation des personnes de l’Union européenne vers la Suisse.

Comme prévu, les résultats de cette votation fédérale ne modifient rien dans les relations entre Berne et Bruxelles. Voici notre analyse sur ce sujet.

 

La Suisse et l’Union Européenne

Même si la Suisse n’est pas membre de l’UE, elle est soumise à certains principes de l’Union européenne comme la libre circulation des personnes.

Grâce à ce principe, les citoyens suisses peuvent vivre et travailler dans les pays de l’UE, et inversement.

Cela permet aussi à la Suisse de participer à la libre circulation des biens et des services avec l’UE.

Objectif de ce référendum

Selon les experts, cette nouvelle initiative est l’idée de l’UDC suite à un référendum sur l’immigration en 2014, qui n’a jamais été inscrit dans la loi.

Lors du vote de 2014, les électeurs suisses avaient voté en faveur de la limitation de l’immigration via des quotas, comme c’était le cas avant les accords entre Berne et Bruxelles.

Un Brexit suisse ?

Mais en 2016, le Parlement suisse avait assouplit le projet de loi sur l’immigration en encourageant les entreprises à embaucher des citoyens suisses.

En clair, le Gouvernement suisse de l’époque avait baissé pavillon en faveur de l’Union européenne. Une attitude, que certains ont déploré durant des années.

En effet, accords bilatéraux avec l’Union européenne dans une série de domaines comme le commerce, l’agriculture et le trafic aérien.

Référendum pour un Brexit suisse : Plouf !

Référendum pour un Brexit suisse : Plouf !

Or, ce nouveau référendum fût retardé par la pandémie. Donc, il avait pour but de mettre fin à la libre circulation des citoyens de l’UE en Suisse.

Il paraît que cela rendrait difficile l’embauche de ces derniers par les entreprises. On a entendu les mêmes sirènes à Londres sur la main d’œuvre étrangère.

Ce projet qualifié par certains de « Brexit suisse », aurait un impact sur les citoyens suisses vivant dans l’Union européenne.

En effet, plusieurs dispositions du droit communautaire sont en place par le pays via des traités bilatéraux.

En Suisse, les votations populaires décident souvent les changements politiques majeurs.  Ce système politique donne une large part à la démocratie directe.

Pourquoi la mise en place de ce projet ?

Environ 25% de la Suisse (2,1 millions de personnes) sont des étrangers, dont la majorité (1,4 million de personnes) viennent de l’Union européenne et du Royaume-Uni.

Le parti populiste UDC estime que le pays ne peut pas soutenir le nombre d’immigrés actuels. Aujourd’hui, l’UE est le principal partenaire commercial du pays.

Pourtant dans le passé, l’Union européenne menace régulièrement de diminuer l’accès de la Suisse à son marché boursier.

Du déjà-vu ici à Londres !

Les chiffres

D’après le dernier sondage de la RTS (un média public suisse), 61 % des électeurs suisses étaient opposés à l’initiative, contre 35 % favorables.

Selon certains chercheurs, la pandémie de coronavirus pourrait avoir fait changer d’avis quelques électeurs suisses.

En effet, cette période de crise sanitaire démontre que les coopérations internationales sont essentielles.

Actualité du Brexit

Référendum pour un Brexit suisse

Le résultat

Comme prévu, le peuple suisse a rejeté cette clause et a voté en faveur de la libre circulation entre la Suisse et l’Union européenne.

Ainsi, cela confirme que le Royaume-Uni sera le seul pays à quitter l’Union européenne pour de nombreuses raisons :

  • Un peuple anglais de centre-droit dans sa majorité
  • Une vision de l’Union européenne bien différence de la France
  • Le rejet de la devise unique européenne en 2000 par référendum

Or, les britanniques n’ont pas la même perception de l’UE et des technocrates de Bruxelles que les français.

Conséquences, si ce projet est mis en place

Pascal Sciarini, professeur à l’Université de Genève, fait savoir lors d’un entretien avec EuroNews, que si la liberté de circulation est supprimée, tous les autres accords le seront également.

C’est ce qu’on appelle la « clause guillotine ».

D’après le Conseil fédéral et le Parlement suisse cette initiative « mettrait en péril les relations stables de la Suisse avec son principal partenaire » et menacerait « les emplois et la prospérité alors que nous sommes confrontés à de grandes incertitudes économiques ».

C’est pourquoi ils conseillent au peuple de voter « non ».

Avant le vote, ils ont ajouté : « En cas de succès, cela mettrait fin à de nombreux projets de coopération internationale et rendrait très difficile la collaboration entre la Suisse et l’Union européenne dans ces domaines de recherche ».

D’autres referendum en perspectives pour les suisses

Quatre autres référendums ont eu lieu le 27 septembre.

Parmi eux, l’un détermine s’il faut dépenser 6 milliards de francs suisses (5,5 milliards d’euros) pour moderniser les avions de chasse des forces aériennes suisses.

Or, un autre aborde le congé de paternité, qui pourrait garantir deux semaines de congé au futurs pères.

Ensuite, le troisième permet de savoir si les communes auront l’autorisation de contrôler la population de loups.

Pour terminer, les électeurs se prononcent sur une augmentation de la déduction fiscale maximale pour la garde d’enfants.

Un expert à Londres +44 2081 44 45 46

Des questions ?

Prenez contact avec un spécialiste à Londres au +44 2081 44 45 46 dès 16 heures ou via WhatsApp sur le mobile au +44 7903 813 717.

Par ailleurs, vous pouvez aussi réserver un entretien téléphonique gratuit via la plateforme de réservation en ligne.

Sans attendre, abonnez-vous à la newsletter mensuelle et suivez Business Booster 247 sur Facebook, Instagram et YouTube.

Agissez comme s’il était impossible d’échouer. – Winston Churchill

septembre 28, 2020

Étiquettes : , ,