Brexit et croissance au Royaume-Uni

Brexit et croissance au Royaume-Uni

Brexit et croissance au Royaume-Uni

Économie britannique de 2016 à 2019

Nicolas Doze, BFM TV et le Royaume-Uni

Depuis le vote du référendum du Brexit en 2016, cet article fait une analyse sur le Brexit et croissance du Royaume-Uni. À écouter Nicolas Doze et BFM TV, le Royaume-Uni se trouve à la limite de flancher sur le plan économique. À Londres, cela fait sourire tellement les médias français s’avèrent d’une incompétence totale. Que l’on vienne nous dire que cet article est faux !!

Depuis juillet 2016, date du référendum entre le Royaume-Uni et le reste de l’Europe, l’économie reste stable avec un taux de chômage à 3.8% en dépit du Brexit.

À dire vrai, le Royaume-Uni n’est pas l’enfant malade de l’Union européenne avec une série de d’excellent résultats – contrairement à ce que BFM TV nous fait croire.

Quid du référendum de 2016

Selon le Président de la Gouvernance de Facebook, Cambridge Analytica et la Russie n’ont en rien influencé le vote de 2016 au Royaume-Uni.

De fait, cette déclaration, faite ce jour, a été mal acceptée par les opposants au Brexit. Or, Sir Nick Clegg a déclaré que cela ne tenait pas la route.

Une histoire, qui tient de la conspiration pure selon ses propres propos !

 

 

Brexit et croissance au Royaume-Uni

La devise britannique

Selon les médias français, la Grande Bretagne a  subi de lourds dommages économiques en touchant des facteurs importants telles que la monnaie.

Partant du principe que la Livre Sterling était surévaluée, la chute de la devise britannique a boosté les exportations et a dopé les investissements au Royaume-Uni.

De plus, cela a permis à la ville de Londres de devenir la capitale la plus visitée au monde en 2018 loin devant New-York et Paris.

Les investisseurs étrangers

Alors que le Royaume-Uni confirme son leadership pour l’attractivité économique et fiscale en Europe. En fait, la Grande Bretagne attire plus d’investisseurs que la France et l’Allemagne réunies.

Pour l’année fiscale 2018, Londres a attiré plus de £1.5 Trillion loin devant les autres pays de l’Union européenne.

Durant les élections européennes, le parti eurosceptique vient de remporter les élections avec 32% des suffrages exprimés.

De plus, les britanniques restent en faveur d’un Brexit dur selon le dernier sondage publié par l’Institut Opinium –  l’un des sondeurs les plus fiables.

 

Se développer au Royaume-Uni

Brexodus ou entreprendre depuis Londres ?

En ce qui concerne la fuite des entreprises et banques britanniques vers le continent européen (Brexodus), on attend toujours la vague massive des départs.

Certes, quelques entreprises ont ouvert des filiales. Cependant, rien de spécial n’est à signaler depuis le vote sur le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Londres, l’aimant du business

Par ailleurs, Londres reste la ville préférée en Europe pour les talents internationaux, les étudiants et les entrepreneurs.

Ainsi, des entreprises françaises ont fait part de leur volonté de délocaliser leur siège social au Royaume-Uni. Certaines d’entre elles ont même commencé à le faire.

Or, Londres est également la ville préférée des cadres européens à cause des multiples opportunités que la City offre.

Côté des nouvelles technologies, Londres reste la capitale du digital en Europe et de la FinTech sur le plan mondial.

Brexit et croissance au Royaume-Uni

Pourquoi Londres attire les créateurs de richesses

En effet, la City est la capitale du business de manière générale – et non Paris – comme BFM TV le prétend.

À C.A. égal depuis Londres, vos marges nettes seront 2 fois plus élevées qu’à Paris. Les raisons se trouvent dans l’environnement législatif favorable au Royaume-Uni.

Sans oublier la fiscalité attractive !

Comment utiliser Londres dans votre développement ?

Il s’agit de mettre Londres au cœur de votre développement commercial et marketing. Sans la lourdeur administrative et les charges françaises, c’est du gagnant !

À Londres, vous pouvez renforcer votre présence et parts de marché en France grâce aux nouvelles technologies et à la VoIP.

Or, la main d’œuvre qualifiée francophone ne manque à Londres. De plus, les coûts opérationnels sont inférieurs à ceux dans l’hexagone.

En outre, Londres peut également être le tremplin pour votre développement à l’international.

Implantation et expatriation à Londres

Selon le dernier sondage du 21 juin 2019, 66% des membres du Parti Conservateur désirent un No Deal Brexit. C’est une religion ici !

De notre côté, nous continuons à expatrier les entrepreneurs et familles depuis 2007. De plus, nous délocalisons et installons des entreprises à Londres.

Cet été, nous allons expatrier 7 chefs d’entreprises, délocaliser 8 entreprises françaises, et pas moins de 83 emplois au total.

Depuis 11 ans, nous avons implanté 570 entreprises et familles à Londres. Or, le nombre d’emplois se compte en milliers à la faveur de Londres.

Un perte sèche pour la France en emplois, impôts et cotisations sociales !

Un expert à Londres +44 2081 44 45 46

Des questions sur le Brexit et croissance au Royaume-Uni ?

Prenez contact avec un spécialiste à Londres au +44 2081 44 45 46 dès 15 heures ou via WhatsApp ou Signal sur le mobile au +44 7903 813 717.

Adepte des réseaux sociaux ? Suivez Business Booster 247 sur Facebook et aussi Twitter.

Agissez comme s’il était impossible d’échouer. – Winston Churchill

 

Articles connexes sur l’Union européenne

Brexit, politique et business : le tout-en-un !

Élections européennes au Royaume-Uni : notre lecture des résultats

Retour sur la visite de Trump à Londres

Brexit et croissance au Royaume-Uni

Articles externes depuis Londres

La croissance au Royaume-Uni pour le premier trimestre 2019 sur un cours à 1.8% annuel

Résultat des élections européennes 2019 : Vainqueur le parti eurosceptique Brexit Party

Les investissements étrangers au Royaume-Uni au plus haut depuis des décennies

Les britanniques en faveur d’un Hard Brexit avec une progression de 8 points

66% des membres du Parti Conservateur veulent un No Deal (21 juin 2019)

L’économie du Royaume-Uni en zone de turbulences selon BFM