Sommet européen du 10 avril 2019

Sommet européen du 10 avril 2019

Brexit

Sommet européen du 10 avril 2019

Zoom sur les décisions et conséquences

Au lendemain du Sommet européen du 10 avril 2019, l’Union a accordé un délai supplémentaire de 6 mois au Royaume-Uni pour décider de son avenir. En effet, le référendum du 23 juin 2016 a donné une majorité de 52% en faveur de la sortie de l’UE.

À la suite de ce sommet européen du 10 avril 2019, la seule certitude reste l’incertitude pour les entreprises jusqu’au 31 octobre prochain.

Ce soir, le gouvernement britannique annonce arrêter les préparatifs pour le Hard Brexit et ferme le Ministère en charge de cela.

Hier, Theresa May a accepté le délai de 6 mois malgré la colère des députés conservateurs et de la population britannique.

Au pays de la libre entreprise, les entreprises posent beaucoup de questions. Au pays du fisc, les exportateurs et importateurs français sont aussi dans le doute.

Sommet européen du 10 avril 2019 : Brexit

La stratégie de la France

Macron et le Sommet européen du 10 avril

À son arrivée, Emmanuel Macron déclaré qu’une extension était loin d’être acquise. En dépit de son discours sans substance, ce dernier n’a pas utilisé son veto.

Pourquoi ? Tout simplement, la France a peur du no-deal Brexit de ses conséquences sur l’économie française.

Pour information, le Royaume-Uni reste le plus gros client de l’UE. Quelles sont les vraies raisons d’un tel retour de situation ?

Tout comme en France en 2005, l’Union européenne utilise toutes les options à sa disposition pour faire traîner les choses.

L’UE espère ainsi que les britanniques changeront d’avis à cause de la lassitude. Par extension, Bruxelles espère que Londres finira par rester au sein de l’Union.

Autant pour le respect de la démocratie !

La sortie du Royaume-Uni

En effet, Londres reste la capitale des capitales en Europe avec le leadership mondial de la finance, du digital et du business en général.

Donc, Paris veut réduire le poids de Londres au sein de l’Union européenne. En français, Macron veut affaiblir la suprématie britannique dans le business.

Cependant, il n’a aucune chance de réussir. Depuis 2016, l’économie britannique fait mieux que la zone € à tous les niveaux.

Pour notre rédaction, le plus choquant reste la baisse de la fiscalité UK,  le chômage à 3.9%, et aussi la réduction constante de la dette britannique.

À dire vrai, les éléments malades de l’UE sont l’Italie et la France.

Sommet européen du 10 avril 2019

Paris veut restreindre le poids de Londres sur l’UE

Avec les droits de douane et les barrières non tarifaires, la France connaîtra un impact certain.

Selon une étude, il faut reconnaître que le Brexit pourrait provoquer, aux citoyens et entreprises en France, une perte de revenus s’élevant au total à plusieurs milliards d’euros.

Par ailleurs, des secteurs sont plus sensibles que d’autres par cet évènement : l’agriculture, la pêche, les produits agro-alimentaires, le luxe et les énergies.

Cela dit, le risque économique de la France reste assez limité. Selon l’Insee, il n’y a peu d’exportations au Royaume-Uni.

Selon les analystes britanniques, ces derniers disent l’inverse. À vous de juger !

Impact économique sur la France et les autres pays

À dire vrai, l’impact sur le PIB de la France reste conséquent. Pour preuve, le Royaume-Uni reste le premier marché mondial pour le champagne et la gastronomie.

Selon l’Insee, cet impact économique pour la France est considérée comme faible en France. Notre rédaction en doute !

Le cas de l’Irlande

De fait, nous ne pouvons pas en dire autant pour l’Irlande qui subit de plein fouet le Brexit. Sans surprise, le UK est le premier partenaire commercial pour l’Irlande.

En effet, les exportations de ce pays vers le Royaume-Uni représentent 16,4 % de la richesse nationale.

De pus, l’Irlande importe de nombreux produits et services en provenance de Grande Bretagne. Ainsi, il pourrait connaître de grosses conséquences économiques.

Néanmoins, ces estimations sont réalisées sur des bases très floues. Aucun pays n’a réussi à quitter l’Union européenne.

Faute d’antécédent et de visibilité, toutes les prévisions sont permises. Qu’en pensez-vous ?

Expert via WhatsApp ou Signal sur le mobile au +44 7903 813 717

Des questions sur le Brexit ?

Prenez contact avec un spécialiste à Londres au +44 2081 44 45 46 dès 14 heures ou via WhatsApp ou Signal sur le mobile au +44 7903 813 717.

Agissez comme s’il était impossible d’échouer. – Winston Churchill

 

Pages connexes

Suivez Business Booster 247 sur Facebook ou Twitter

Créer son entreprise en Angleterre