Les limites du Global Britain selon Les Echos

Les limites du Global Britain

Les limites du Global Britain

Le Royaume-Uni post Brexit

Entre une opinion politique et la réalité du business…

Pour certains, le Brexit est vu par le prisme de l’Union européenne, donc les limites de Global Britain sont une évidence.

Pour notre rédaction, ce mouvement est une aspiration géopolitique et géoéconomique. C’est simple à la vue de l’évolution de l’U.E. !

C’est le titre de l’article du journal Les Échos, par le biais de son correspondant présent à Londres.

Comme d’habitude, il y a la vision des choses par les européistes et la réalité du monde de la finance, du numérique, des services et des affaires.

Voici notre décryptage avec les chiffres à l’appui, d’un point de vue business !

 

Sommaire

 

Les limites du Global Britain selon Les Echos

Global Britain, c’est quoi ?

Depuis des décennies, le Royaume-Uni avait un pied dans l’Union européenne et un pied dehors. En 2021 et au-delà, c’est juste l’inverse !

Avec un pied hors de l’Union européenne, Global Britain se tourne vers de nouveaux partenaires commerciaux avec des profils plus pertinents pour la Grande Bretagne.

En effet, le PIB du Royaume-Uni  est principalement axé vers les services, la finance, l’innovation et le numérique.

Par conséquent, la croissance molle de l’UE depuis 2000 et son intégration toujours plus poussée ne correspondent plus aux aspirations des électeurs britanniques.

Ces derniers se sont prononcés lors du Référendum du 23 juin 2016. Bonne anniversaire !

Depuis 5 ans, Londres s’affirme comme le lieu incontournable de rencontres entre les entrepreneurs, investisseurs, leaders d’opinion et influenceurs.

Quels sont les pays visés par Global Britain ?

À l’inverse de l’UE à une heure de Londres, le Royaume-Uni noue des alliances avec des pays en forte croissance et gros consommateurs de services et de nouvelles technologies.

Par conséquent nous visons des pays plus lointains, mais plus prometteurs pour les décennies à venir.  Global Britain, c’est un tournant vers la « mondialisation 3.0 ».

Sous ce terme « pompeux », on parle des pays asiatiques et de l’Inde. En complément, on y retrouve les partenaires historiques de la Grande Bretagne comme le Canada, les USA, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Changer ses partenaires commerciaux et signer avec des pays plus pertinents, c’est un objectif à horizon 2025 – 2030.

 

 

 

Quelles sont les opportin de Global Britain ?

L’essor du Royaume-Uni post Brexit

En tournant le dos à la devise unique et à l’Union européenne, le Royaume-Uni se tourne vers le monde et signe des accords commerciaux et de continuation commerciale avec des dizaines de pays.

Les accords bilatéraux et multilatéraux ont le vent en poupe sous la houlette de Boris Johnson. En effet, la Ministre du Commerce Extérieur britannique fait la une de la presse régulièrement.

Après le Canada, le Japon, l’Australie et d’autres, le Royaume-Uni s’active maintenant pour adhérer au Traité Transpacifique et bénéficier de nouveaux marchés en devenir.

Ce bloc économique est en forte croissance et représente de véritables débouchés commerciaux pour l’économie britannique pour des décennies.

Les membres sont les suivants :

  • Australie,
  • Japon,
  • Canada,
  • Nouvelle Zélande,
  • Pérou,
  • Chili,
  • Mexique,
  • Singapour,
  • Malaisie,
  • Vietnam,
  • Brunei.

C’est l’économie qui prime, et la politique suit !

Les partisans du Brexit y voient une formidable opportunité pour le monde de services, de la finance, de l’innovation avec de nouveaux clients et 500 millions de consommateurs à servir – sans être obligés de s‘éloigner de ses valeurs.

Ce traité commercial a pour ambition d’abaisser et supprimer les droits de douane, afin de  de faciliter les échanges entre les pays-membres de cet accord transpacifique.

De plus, les standards de qualité seront revus à la hausse et bénéficieront de facto aux consommateurs – sans subir des augmentations de prix.

Les discussions, le plus souvent par téléconférence en ce moment, sont une formidable occasion pour le gouvernement britannique de vanter les mérites des entreprises britanniques.

Ainsi, afficher son attractivité après des investisseurs étrangers et son dynamisme économique post Brexit est le levier de la réussite de la Grande Bretagne.

Rendez-vous en 2025 et en 2030 !

Le Royaume-Uni signe un accord commercial avec l'Australie, la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein après le Brexit.

Les limites de Global Britain ? Aucune !

Pays le plus attractif en Europe pour les investisseurs étrangers

En date du 7 juin, le Président Macron poste un message sur Twitter en indiquant que la France était le pays le plus attractif en Europe.

Totalement vrai pour le nombre de projets, mais faux pour les montants investis et les emplois créés !

Tellement gênant, que le Gouvernement de Boris Johnson remet les pendules à l’heure sur l’année fiscale avril 2020 – avril 2021.

55.000 emplois créés au Royaume-Uni sur la période

En effet, les investisseurs étrangers ont créé plus de 55.000 emplois en 12 mois au Royaume-Uni. Cette propagande de Macron est tellement gênante, que l’on joue sur les mots et sur les maux.

En effet, la France reste le pays avec la plus forte fiscalité en Europe derrière le Danemark. La pression fiscale est si forte, que les sièges mondiaux évitent Paris.

Par ailleurs, Amsterdam n’est pas la plus importante place financière en Europe. Dommage, c’est Londres, depuis 30 ans. La City de Londres, c’est 75 fois Amsterdam en volume.

La France n’est pas le hub de l’innovation, du numérique et de la finance en Europe. On ne vous parle même pas de l’absence de la France dans le monde des start-ups.

Encore moins pour le chômage, la dette et la croissance économique !

 

 

 

 

 

Les meilleurs écosystèmes au monde

 

Pays les plus attractifs en Europe pour les investisseurs étrangers

 

Confiance et optimisme économique au Royaume-Uni

 

Le poids de la fiscalité en France

 

Les limites du Global Britain

 

Les limites du Global Britain, c’est du business – pas de la politique !

Inde, USA et Accord Transpacifique, soit 2.4 milliards de consommateurs !

  • Population Inde : 1.4 milliards,
  • USA : 330 millions,
  • Bloc transpacifique : 600 millions avec le Royaume-Uni.

Libre échange avec 2.4 milliards d’habitants, dont la majorité d’entre eux sont gros consommateurs de services et d’innovation !

Le Royaume-Uni fait ses preuves encore dans le classement Ease of Doing Business 2020.
RDV dans 5 ans au maximum.

Accord transpacifique

Le Gouvernement de Boris Johnson montre son allant et sa confiance dans le développement économique de la cinquième puissance mondiale.

Ce traité Transpacifique est également un formidable tremplin pour Global Britain au cours de cette décennie hors de l’Union européenne.

Lorsque les Philippines, Taïwan, la Thaïlande ou la Corée du Sud se joindront aux onze, puis bientôt douze pays-membres, l’Union européenne fera partie de l’histoire.

Qui dit nouveaux débouchés implique la création d’emplois et l’augmentation de la richesse. Cela s’appelle l’économie ultra-libérale et les britanniques en raffolent.

La preuve en image !

Les échanges commerciaux UK et UE

En moins de 6 mois après la sortie officielle de l’Union, les échanges commerciaux entre les deux acteurs se sont déjà inversés.

Selon l’ONS, les exportations du Royaume-Uni dans le monde sont déjà supérieures à celle vers l’Union européenne. De plus, il en est de même pour les importations au 15 mai 2021.

Par ailleurs, les flux entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sont à nouveau à la hausse (source ONS – fin avril).

Anniversaire du Référendum de 2016

En effet, l’Union politique de l’UE fût rejetée lors du référendum en 2016, des élections générales de 2017, des élections européennes de 2019 et des élections générales du 13 décembre 2019.

À l’inverse des Échos, 20 ans de vie au Royaume-Uni et la double nationalité ouvrent les yeux sur les modèles économiques de la Grande Bretagne et ses aspirations pour 2030.

UE Revoir !

5 ans plus tard….

En effet, le Marché Unique et l’Union douanière se sont pas du libre-échange sur le plan légal, politique et économique.

À l’inverse, c’est le marché intérieur d’une Union politique avec de nombreuses autres règles fiscales, économiques et politiques à respecter.

Rien à voir avec le Marché Commun et 12 pays souverains travaillant de concert !
Qualité à 12 contre quantité à 27 !

C’est aux dirigeants d’entreprises de choisir…

 

 

 

Des questions  ?

RDV Tél avec un expert du Royaume-Uni

Prenez contact avec un spécialiste à Londres au +44 2081 44 45 46 dès 16 heures (UK) ou via la messagerie privée Signal sur le mobile +44 7903 813 717.

Par ailleurs, vous pouvez aussi réserver un entretien téléphonique gratuit via la plateforme de réservation en ligne.

Sans attendre, accédez à un contenu exclusif de grande qualité sur Londres pour les entrepreneurs par le biais de notre groupe privé Signal News UK. Une seule publication / jour !

Suivez la communauté Business Booster 247 sur notre newsletter et les réseaux sociaux LinkedIn et  YouTube.

Agissez comme s’il était impossible d’échouer. – Winston Churchill

 

 

Expert du Royaume-Uni par Signal +44 7903 813 717

Téléchargez Signal App
Ajoutez BB 247 à vos contacts +44 7903 813 717 (mobile)

 

 

Articles connexes : Finance, innovation, services, éducation…

900 villes mondiales passées au crible pour investir : Classement 2020

Classement mondial des plus grosses places financières 2021

1.500 sociétés financières de l’Union européenne s’installent à Londres

Quelle est la capitale du numérique et des start-ups en Europe ?

Classement mondial des meilleures universités en 2021

Où vivent les milliardaires dans le monde en 2021 ? Forbes

Créer sa société Limited à Londres

Impôt société Royaume-Uni 2021-2022

Impôt minimum mondial sur les sociétés

Pays les plus attractifs en Europe pour investir

Fiscalité internationale des entreprises : Implications !

LE montage juridique pour optimiser la fiscalité de son entreprise

Croissance économique du Royaume-Uni 2021 – 2022

Un taux de croissance britannique excellent, malgré le Brexit !

8% de croissance en Angleterre, mieux que la zone Euro et les USA !

Confiance des dirigeants d’entreprises et optimisme des consommateurs

juin 23, 2021

Étiquettes : , ,