Expatriation à Dubaï : Comment s’expatrier ?

Expatriation à Dubaï : Comment s’expatrier ?

Expatriation à Dubaï

Comment s’expatrier ?

Avantages et inconvénients pour vivre à Dubaï

Cette page aborde l’expatriation à Dubaï pour s’y installer. De plus, nous parlons des avantages et inconvénients de la vie à Dubaï.

En cette décennie, la géopolitique vient bouleverser les équilibres économiques au Moyen-Orient.  De fait, le paradis sur terre cache bien son jeu.

De confession musulmane depuis la naissance et asiatique, j’ai passé 5 ans aux Émirats Arabes Unis. Je suis Siti Rahmi la gérante de l’entreprise.

Voici mes commentaires à cœur ouvert sur cette ville.

Sommaire de cette page

Expatriation à Dubaï : Comment s'expatrier ?

S’expatrier à Dubaï !

L’endroit le plus cool au monde

En effet, s’expatrier à Dubaï semble une bonne idée pour les jeunes et les entrepreneurs. Une vie de rêve les attend… au moins durant quelques semaines !

Pour tout dire, vivre à Dubaï est synonyme de centres commerciaux énormes, appartements chers et luxueux, discothèques, salles de sport, soleil et plage.

Ceci dit, cela fera le bonheur des fêtards sans aucun doute. Dubaï est une destination touristique très tendance parmi les jeunes entrepreneurs.

Avec des kilomètres de restaurants, de magasins et des gratte-ciels de partout, certains trouveront leur bonheur.

Il y a un temps pour tout au paradis fiscal !

De nos jours, Dubaï est une destination en vogue pour les jeunes entrepreneurs à la recherche d’un endroit fun pour travailler et s’épanouir.

En effet, les entreprises ne sont pas assujetties à l’impôt. Sur le papier, les Émirats Arabes Unis sont l’endroit idéal pour capitaliser et faire des économies.

Imaginez un monde sans impôt !

Les nombreuses attractions

En construction, la ville de Dubaï est un chantier en permanence. De plus, les routes changent souvent. Google Maps s’y perd même.

Entre le soleil, la plage, les restaurants et multiples attractions touristiques, vous trouverez votre bonheur pour y passer du bon temps.

Entreprendre à Dubaï

Dans le classement Ease of Doing Business 2020, les Émirats Arabes Unis prennent une modeste 16ème place. Surprenant pour un pays sans impôt !

En effet, on pourrait penser qu’un paradis fiscal serait dans le Top 10 mondial. Cela n’est même pas le cas. Nous verrons le pourquoi du comment par la suite.

Où créer son entreprise ?

Dans le top 10 des pays pour créer et développer sa société, on trouve Singapour, les USA, le Royaume-Uni, la Corée du Sud, Norvège et Suède.

Donc, ces 6 juridictions sont les meilleurs endroits au monde pour monter sa boite, la gérer et développer ses activités commerciales.

6 environnements business-friendly avec accès vers de nouveaux marchés. Le top des écosystèmes, des technologies de pointe, de la finance, de la légèreté administrative et de la souplesse !

Toutefois, Dubaï n’est pas dans le top 15.

La ville

Tout sur l’expatriation à Dubaï

Inconvénients de la vie à Dubaï

Pour résumer, cette juridiction offre quelques inconvénients à prendre à compte avant de tenter l’aventure aux Émirats Arabes Unis.

  • La géopolitique au Moyen-Orient
  • Les démarches consulaires et administratives pour obtenir un visa
  • Le coût de la vie
  • La précarité
  • Démocratie
  • Le climat
  • La configuration de la ville
  • Une ville artificielle sous haute surveillance

Géopolitique

Dans un monde en mouvement constant, tout change du jour au lendemain. Depuis quelques années, on assiste à des tensions entre pays voisins sous influence étrangère.

À ce petit jeu, Dubaï et Istanbul sont des villes stratégiques sur le plan militaire, économique et politique. N’oublions pas les conflits à proximité de l’émirat !

Or, les pays voisins sont l’Iran, le Yémen, Oman et l’Irak… En conséquence, cette inconnue sur la stabilité du pays explique cette 16ème place dans le classement de L’Onu.

Nous reviendrons sur les aspects démocratiques plus bas.

Les visas

Donc, le visa touristique est le plus simple à obtenir. Toutefois, il ne vous donne pas la résidence fiscale. En conséquence, vous restez résident fiscal français avec ce document.

Or, l’administration fiscale française se fera une joie de requalifier votre situation sur la base de ce visa dit touristique.

Afin que les entrepreneurs échappent à ce problème, il faut impérativement obtenir un visa pour entrepreneurs ou investisseurs dans l’immobilier par exemple.

Aux Émirats Arabes Unis, les licences reliées à votre entreprise sont renouvelables chaque année. Tout retard entraîne des pénalités et l’annulation des visas liés à la société.

Aussi bien votre visa que les documents de l’entreprise, le renouvellement n’est pas gratuit. C’est à prendre en compte dans votre budget.

Une vie chère

Certes, on ne paye pas ou peu d’impôt à Dubaï. Mais, la vie est relativement chère par rapport à d’autres capitales.

Parmi les postes les plus importants, on trouve les loyers et les sorties. Or, vivre à Dubaï demande un train de vie confortable, surtout pour les entrepreneurs.

INDICE ÉCONOMIQUE

L’indice de liberté économique est un indicateur fondé sur 10 critères économiques. Or, ce rapport annuel est publié par la Fondation Heritage et le Wall Street Journal.

Il permet de mesurer la compétitivité des pays et la liberté économique dans les différents pays du monde en 2020.

Pour information, la France occupe une très mauvaise position à la 64ème place sur un total de 180 pays. Rien de surprenant !

Toutefois, les Émirats Arabes Unies (Dubaï) occupent la 18ème place en baisse par rapport à 2019. Ceci peut décevoir pour un pays avec une fiscalité proche de zéro.

Dans le top 10, on y retrouve Singapour, l’Irlande, la Suisse, le Royaume-Uni et le Canada en page 5.

La précarité

On arrive au sujet, qui déçoit le plus les jeunes entrepreneurs. Qui dit zéro impôt, dit pas de protection de santé et pas d’allocations !

Donc, le maillon faible de Dubaï est l’absence de protection sociale (santé, éducation, retraite, chômage…). Cela ne permet pas à l’émirat d’enter dans le top 10 mondial.

Or, c’est un modèle économique choisi par les élites aux Émirats. À ce titre, c’est la raison pour laquelle Londres est la ville au monde avec le grand nombre de millionnaires dubaïotes.

À vous de prendre tous ces éléments en compte avant votre départ !

Expatriation à Dubaï : Comment s'expatrier ?

Source

Expatriation à Dubaï (suite)

La démocratie et les libertés

Loin d’être un modèle de démocratie, les Émirats arabes unis obtiennent la note de 2.58 dans l’indice global de la démocratie de « The Economist ».

Pour sa part la France, le Royaume-Uni, les USA sont à 8+ dans l’indice 2020. Le Canada et sa note de 9 restent un modèle de démocratie.

Donc, le Champion du monde de la démocratie est la Norvège avec la note de 9,93 sur 10 pour la version 2020.

Par exemple à Dubaï, faire des conférences vidéo avec FaceTime, WhatsApp, Skype ou autres reste interdit. Vous avez l’obligation d’utiliser l’application TikTok.

Le climat

Côté météo, bienvenue au pays du soleil !

De fait, la meilleure saison va de octobre à mai avec des températures agréables. Par contre, la saison été allant de juin à septembre est infernale.

Attendez-vous à des températures allant de 45 degrés à 55 degrés et un taux d’humidité de 99% !

Dubaï, la ville !

En effet, la configuration de la ville laisse à désirer. Entre les grandes voies circulaires sans trottoir et les chantiers en permanence, on s’y perd.

Lorsque les trottoirs existent, ces derniers sont étroits. On est au règne de l’automobile. Même que prendre sa voiture est une obligation pour se déplacer.

Pensez aux piétons !

Une ville artificielle sous haute surveillance

Sur le plan de la sécurité, elle est très élevée à Dubaï. Donc, dormir et laisser sa porte ouverte est très fréquent.

Mais, les lois strictes contribuent à ce « climat de sécurité ». Toutefois, attention aux problèmes avec la justice locale surtout pour les expatriés !

Conclusion : vivre à Dubaï aux Émirats

En réalité, il s’agit d’un pays partagé entre religion, traditions et modernité. Or, l’équilibre dans cette région du monde est loin d’être simple.

À tous ceux qui envisagent de s’installer à Dubaï à cause de son paradis fiscal, prenez de la hauteur dans votre réflexion !

Pour commencer, allez-y en vacances pendant plusieurs semaines avant de quitter la France !

Visez juste !

Quitter la France pour s’expatrier

Visez juste !

Dans un premier temps, votre nouvelle destination doit être une ville déjà visitée une fois au moins dans le passé. C’est fortement recommandé !

Ensuite, posez-vous la question si cette nouvelle destination va permettre de changer votre vie de manière radicale sur le plan professionnel !

Donc, ce pays d’accueil doit vous offrir des opportunités et coller à vos aspirations afin de vous enrichir intérieurement et de vous éclater.

D’où l’importance de se préparer pour bien choisir avant de partir vivre à l’étranger !

Quid des entrepreneurs ?

Quant à eux, les entrepreneurs sont encore plus nombreux. Certains recherchent même un paradis fiscal. Attention aux inconvénients !

En effet, vouloir quitter la France pour quel pays semble la question essentielle des années 2020 à 2030. Quitter la France pour quel pays ?

Dans tous les cas, s’expatrier à Dubaï, à Londres ou à Los Angeles, les candidats souhaitent découvrir et tenter autre chose.

Une première expatriation à Dubaï ?

Dans le cadre de votre première expatriation, nous vous encourageons à mettre toutes les chances de votre côté pour aller encore loin après.

À cause de la proximité avec l’hexagone, Londres est une de nos recommandations suivies de près par Genève en Suisse et les pays scandinaves.

Un expert à Londres +44 2081 44 45 46

Expatriation à Dubaï

Parlons-en !

Prenez contact avec un spécialiste à Londres au +44 2081 44 45 46 dès 16 heures (UK) ou via WhatsApp sur le mobile au +44 7903 813 717.

Par ailleurs, vous pouvez aussi réserver un entretien téléphonique gratuit via la plateforme de réservation en ligne.

Sans attendre, abonnez-vous à la newsletter mensuelle et suivez Business Booster 247 sur Facebook, Instagram et YouTube.

Agissez comme s’il était impossible d’échouer. – Winston Churchill