Souveraineté nationale britannique, Brexit et business !

Souveraineté nationale britannique, Brexit et business !

Souveraineté nationale britannique

Brexit et Business, les 2 comparses

La pêche : sujet hautement sensible !

Durant le Conseil de l’Europe, la souveraineté nationale britannique revient sur le devant de la scène avec le Brexit.

En effet, les dirigeants de l’Union européenne des 27 ont renvoyé Boris Johnson dans les cordes à propos de la pêche. Avec la France en tête, le Président Macron veut garder les bases de la politique commune sur la pêche.

Les pêcheurs de l’UE viennent prendre du poisson dans les eaux territoriales britanniques. Dommage, Londres ne l’entend pas du tout de la même oreille. Décryptage !

 

Avec notre analyse en continu du processus de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, notre rédaction s’efforce de vous apporter les infos principales.

C’est le cas avec le Conseil de l’Europe du 15 octobre 2020 à propos du Brexit et de la crise sanitaire mondiale.

En date d’hier, les dirigeants européens ont affirmé haut et fort que le Royaume-Uni devait accepter sur les exigences de l’UE pour obtenir un accord commercial.

L’un des sujets les plus sensibles reste la pêche dans les eaux territoriales du Royaume-Uni.

Souveraineté nationale britannique, Brexit et business !

Souveraineté nationale britannique

Friture sur toute la ligne avec la pêche

Avec le Conseil de l’Europe en cours, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne revient sur le devant de la scène en pleine pandémie mondiale.

BORIS JOHNSON

En ce 15 octobre, les dirigeants de l’UE ont fait savoir à Boris Johnson que le Royaume-Uni devait se plier aux exigences de Bruxelles pour obtenir un accord de libre échange.

Pour sa part, le négociateur britannique a confirmé par Twitter qu’il ne bougera pas d’un millimètre sur les deux sujets chauds : la pêche et les aides états aux entreprises.

 

 

Actualité du Brexit au 16/10/2020

Boris Johnson va t’il plier face à Bruxelles ?

En conséquence, Boris Johnson prendra la parole ce 16 octobre 2020 pour donner sa position à la suite des propos de l’Union européenne.

À quelques heures de sa prise de parole, nous pouvons vous garantir que le Premier ministre britannique restera droit dans ses bottes et confirmera ses positions.

Pas touche aux poissons dans les eaux britanniques !

La proposition du Royaume-Uni depuis le début

En effet, la pêche reste un sujet très sensible ici, comme en France. Il est hors de question, que les pêcheurs de l’Union viennent dans les eaux britanniques.

C’est une question de souveraineté nationale britannique à la suite du vote de 2016. Pour sa part, le Royaume-Uni propose de réduire petit à petit les quotas de pêche sur 3 ans.

Or, ce temps permettra aux pêcheurs de l’Union européenne de trouver des alternatives viables. Les leaders de l’UE rejettent cette proposition.

Est-ce le Brexit dur ? Suspense.. 

Zone de libre échange CANZUK : La porte pour exporter vers les pays de l’anglosphère !

Accord commercial de libre échange avec l’Union européenne ?

Les chances sont très faibles

Tout comme avec le rejet de l’Euro en 2000 par le Royaume-Uni, les experts avaient annoncé la misère économique pour la Grande Bretagne.

Depuis 2000, la croissance a tourné à plein avec un chômage à 3.8% en mars 2020. Avec la crise sanitaire, il est remonté aujourd’hui à 4.5%.

C’est deux moins qu’en France !

Sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne

Depuis le vote de 2016, les mêmes experts nous annonce la même misère économique et la perte de 822.000 emplois au minimum.

Or, on attend toujours la catastrophe qui devait se produire au lendemain du référendum britannique. Certes, la £ Sterling a perdu de sa valeur, mais elle est plus forte que l’Euro.

Tous les analystes financiers s’entendent pour dire, que la devise britannique reviendra à son niveau habituel en 2021 et 2022.

Ce que l’UE n’a pas compris !

Bruxelles s’estime en position d’homme fort dans ces pourparlers. En réalité, cela n’est pas le cas sur de nombreux points.

EXPORTATIONS

Donc, le marché britannique est le plus gros partenaire commercial de l’UE. Aussi bien les entreprises allemandes et françaises exportent en masse en Angleterre.

Le Royaume-Uni peut acheter n’importe dans le monde. Personne n’est remplaçable. De plus, Londres est une porte d’accès vers les USA et le Canada. Histoire oblige !

Découvrez ce qui se préparent avec le CANZUK, la zone économique de libre échange de l’anglosphère !

FINANCE

En 2016, on nous avait promis que les banques britanniques allaient mettre leurs sièges sociaux sur le continent. Plus 400.000 emplois dans la finance devaient arriver dans la capitales de l’UE.

À cette fin 2020, le nombre d’emplois dans la finance délocalisés est de 7.500 au total selon Reuters du mois de septembre.

De plus, les banques britanniques ne délocalisent aucun siège social sur le continent. Ces dernières ouvrent des succursales pour obtenir la licence bancaire européenne.

Le tour est joué !

Souveraineté nationale britannique

Souveraineté nationale britannique

Michel Barnier n’a pas compris !

Tout comme en 2000, les Anglais représentent 85% de la population de la Grande Bretagne. Ces derniers attachent une importance énorme à leur identité commune.

C’est l’inverse de la France et dans les autres pays-membres de l’Union européenne. Donc, la pêche est un sujet aussi sensible que la monnaie nationale ou la Monarchie.

Pour cela, les Anglais sont prêts à sacrifier l’Écosse et l’Irlande du Nord. Cela ne changera pas la vie de chacun.

En effet, ces deux nations représentent un coût financier énorme pour les contribuables.

Irlande du Nord

Sur le plan de la souveraineté nationale britannique, l’Irlande a une très faible chance de mettre la main sur l’Irlande du Nord.

En effet, il y a un historique énorme et des rancœurs sur ce sujet.

Écosse

Par contre, les chances de l’Écosse sont plus élevées à horizon 10 ou 15 ans. Il y a même des Anglais, qui font du lobbying pour se séparer de cette nation.

De fait, la dette de l’Écosse est astronomique. C’est Londres, qui vient boucher le gouffre financier depuis des décennies.

Ils en ont marre !

S’expatrier à Londres

Même les entrepreneurs français s’expatrient à Londres avant la fin de l’année. Leur seul souhait, c’est de vivre à Londres et d’obtenir la résidence fiscale britannique.

En route pour s’expatrier ?

Un expert à Londres +44 2081 44 45 46

Des questions sur la souveraineté nationale britannique ?

Prenez contact avec un spécialiste à Londres au +44 2081 44 45 46 dès 16 heures ou via WhatsApp sur le mobile au +44 7903 813 717.

Par ailleurs, vous pouvez aussi réserver un entretien téléphonique gratuit via la plateforme de réservation en ligne.

Sans attendre, abonnez-vous à la newsletter mensuelle et suivez Business Booster 247 sur Facebook, Instagram et YouTube.

Agissez comme s’il était impossible d’échouer. – Winston Churchill

 

 

octobre 16, 2020

Étiquettes : , , ,