Royaume-Uni et accord transpacifique : C’est parti !

Royaume-Uni et accord transpacifique : C'est parti !

Royaume-Uni et accord transpacifique

Un accord de libre-échange monstre !

Adhérer à l’accord de libre-échange transpacifique : Un must !

Zoom sur le Royaume-Uni et accord transpacifique ! Signer l’accord de libre-échange transpacifique – le partenariat transpacifique global et progressiste – est un Must pour la Grande Bretagne.

En effet, les pays du CPTTP sont au nombre de onze. Les membres sont tous des pays en forte croissance et ils représentent plus 495 millions de consommateurs.

Ni union politique, ni règles strictes – juste le plus gros bloc économique au monde entre pays souverains. Il s’agit  d’une zone économique à forte croissance pour les 30 prochaines années .

Juste l’inverse de l’Union européenne et de son économie affaiblie depuis 20 ans ! Temps de lecture : 8 minutes

 

Sommaire

 

Royaume-Uni et accord transpacifique : C'est parti !

Après l’Australie, Royaume-Uni et accord transpacifique !

Australie, Canada, Japon…

Parmi les priorités britanniques, on retrouve l’Inde et le partenariat transpacifique global et progressiste.

Pour accéder à la plus grosse zone économique, le Royaume-Uni et l’Australie signent sur un accord commercial. Il s’agissait du dernier membre à signer.

Tous les autres sont des accords de continuation commerciale avec le Royaume-Uni, à la suite du départ de l’Union européenne.

Accord commercial  avec l’Australie

À l’inverse de la presse française, ceci n’est pas le premier accord de la Grande Bretagne. Le Royaume-Uni a signé un nouvel accord de libre-échange indépendant post Brexit.

Le tout premier accord commercial  totalement sur-mesure fort avec le Japon. Il comprend aussi la finance, les services et surtout le numérique. C’est maintenant au tour de l’Australie.

Pour la ministre du commerce international britannique, cet accord démontre l’avantage pour le Royaume-Uni d’être redevenu indépendant, sorti des griffes de l’U.E. et pouvoir mener des accords bilatéraux prenant en compte la finance et les services.

Des échanges commerciaux orientés sur les services, la finance et l’innovation

Certes, les échanges commerciaux sur les produits sont et seront limitées.  La réduction ou la suppression des droits de douane est devenu un enjeu majeur pour les consommateurs.

C’est le sujet numéro 1 lors des nombreuses discussions en cours avec de nombreux pays comme l’Inde reporté à cause de la variante indienne.

Désormais, les britanniques pourront obtenir plus facilement des permis de travail en Australie, qui de son côté, a obtenu la levée des droits pour exporter la viande de boeuf et d’agneau ce qui est l’une des principales forces économiques du pays avec des fermes exploitantes avec des cheptels bovins à perte de vue.

Les éleveurs britanniques fermement dubitatifs ont été rassurés sur les volumes en jeu. Le dumping sur la viande ne sera pas en vigueur et les standards des contrôles sanitaire maintenus.

Cet accord avec l’Australie n’est pas que symbolique, car c’est une étape jugée décisive pour intégrer le traité commercial transpacifique (CPTPP), et son principe de libre échange.

Avec l’adhésion du Royaume-Uni au partenariat transpacifique global et progressiste, ce bloc économique comprendra 570 millions de consommateurs.

Pour information, toute la zone Asie est la région en pleine croissance. En outre, elle consomme énormément de services et de nouvelles technologies.

2022, année du Global Britain. Donc, pas surprenant d’y retrouver le Royaume-Uni !

Royaume-Uni et accord transpacifique : C'est parti !

Au-delà de l’accord de libre-échange UE et Royaume-Uni

L’accord de partenariat transpacifique (CPTPP)

À l’inverse des fanatiques de l’Union européenne, il y a une vie hors de l’Union européenne. De plus, la croissance économique de la zone pacifique est au-dessus de 10% en 2021.

Par conséquent, le Royaume-Uni exulte après avoir reçu un avis positif pour son adhésion et négocier l‘accord de partenariat transpacifique global et progressif (CPTPP).

11 pays en sont membres : Canada, Mexique, Pérou, Chili, Nouvelle-Zélande, Australie, Japon, Singapour, Brunei, Malaisie et Vietnam et ils se sont regroupés pour favoriser des accords commerciaux.

Ce conglomérat, lancé en 2018 pour supprimer les barrières commerciales entre les onze pays membres, représente environ 13 % du PIB mondial.

À ce jour, près de 500 millions de consommateurs dans la région Asie-Pacifique !

Lutter contre la Chine

Aussi, son objectif est de contrer l’influence économique croissante de la Chine et d’accroître les échanges avec les pays asiatiques et latinos en forte croissance.

Pour les autorités britanniques, cette adhésion est un nouvel essor pour les entreprises britanniques et un véritable vivier d’opportunités dans les services, la finance, la FinTech et le numérique.

L’adhésion au CPTPP est un objectif stratégique du Royaume-Uni, tout comme l’Inde et les USA. À ce titre, Boris Johnson tient sa promesse de développer du business avec d’autres pays que ceux de l’UE.

 

 

L’essor du Royaume-Uni post Brexit

Union européenne, commerce international et modèles économiques du UK

Moins d’un an après le Brexit, Boris Johnson mène au pas de course, une politique commerciale visant à nouer de nouveaux partenariats avec des pays à forte croissance, à fort pouvoir d’achat et consommateurs de services et de nouvelles technologies !

Devenir le champion du libre-échange mondial sur la base des modèles économiques établies par Thatcher est la vision de Boris Johnson.

Pour faire simple :  les voitures non, les voitures électriques bourrées de nouvelles technologies oui !

Cette adhésion signifie des droits de douane plus bas pour les constructeurs automobiles et les producteurs de whisky par exemple, et cela permettra de créer des milliers emplois au Royaume-Uni pour satisfaire ses 570 millions de consommateurs.

Adieu l’Union européenne, bonjour Royaume-Uni et accord transpacifique !

Contrairement aux années passées sous l’égide de l’Union européenne, rejoindre ces pays réellement émergents, se fera sans condition, sans contrôles des frontières et sans contributions financières.

Depuis quand doit-on payer une adhésion annuelle pour faire du business ? C’est vraiment une connerie immense en réfléchissant bien !

De plus, chaque état-membre perd un peu plus de souveraineté nationale chaque année pour les transférer à Bruxelles et à ses technocrates.

Avec un flegme très britannique, ils appellent cela de la prostitution économique et une arnaque intellectuelle pour personnes âgées..

De quoi faire méditer la France ou l’Allemagne ? Même pas sûr !

 

 

Boris Johnson, VPR du Global Britain

Global Britain, une marque déposée par le Premier Ministre en 2009

Boris Johnson a endossé la casquette du VRP du Global Britain et se félicite de cet accord qui permettra en outre une meilleure coopération en matière de sécurité, de lutte pour endiguer le changement climatique et le développement des compétences dans l’univers des services, de la finance et de la high-tech.

Après seulement six mois d’autonomie, force est de constater que son gouvernement a déjà obtenu des résultats probants.

En effet, il démontre aux pays européens, qu’il faudra compter sur la Grande Bretagne dans les 30 ans à venir. Ainsi, le FMI prévoit que la Grande Bretagne dépassera l’Allemagne d’ici 5 ans.

Prochaine étape l’Inde dès fin 2021 lors de sa visite officielle !

Boris Johnson, le clown… habile et agile !

À l’opposé des médias français, Boris Johnson est un vrai gagnant et il réussit à convaincre les sociales à voter pour lui.

En réalité, ses deux victoires à Londres démontrent qu’il est totalement à l’aise avec les libéraux et autres socialistes.

Habile et convaincant, Boris Johnson avait promis des jours radieux aux britanniques et l’opinion publique lui fait confiance avec plus de 10% d’avance sur le Labour.

Cette semaine, YouGov a publié le 97ème sondage  consécutif avec une avance de plus de 10% à la faveur des conservateurs.

Après l’Inde, prochaine étape les USA !

Sur sa lancée et après la signature avec l’Inde en fin d’année, le Royaume-Uni tente de revisiter les accords avec les Etats-Unis avec un Joe Biden plus ouvert.

En effet, le G7 fût une réelle réussite pour Boris Johnson à l’inverse de l’ultra protectionniste Trump en place auparavant à la Maison Blanche. Les bookmakers s’accordent pour miser sur Boris Johnson pour gagner son pari… à nouveau !

Créer son entreprise à Londres, c’est un accès à des milliards de consommateurs en libre-échange. Arrêtez de dormir et mettez vous à la conquête de nouveaux marchés à forte croissance !

Comment et où nous contacter ? Mobile +44 7903 813 717

Des questions sur le commerce international ?

RDV Tél avec un expert du Royaume-Uni

Prenez contact avec un spécialiste à Londres au +44 2081 44 45 46 dès 16 heures (UK) ou via la messagerie privée Signal sur le mobile +44 7903 813 717.

Par ailleurs, vous pouvez aussi réserver un entretien téléphonique gratuit via la plateforme de réservation en ligne.

Sans attendre, accédez à un contenu exclusif de grande qualité sur Londres pour les entrepreneurs par le biais de notre groupe privé Signal News UK. Une seule publication / jour !

Suivez la communauté Business Booster 247 sur notre newsletter et les réseaux sociaux LinkedIn et  YouTube.

Agissez comme s’il était impossible d’échouer. – Winston Churchill

 

 

Expert du Royaume-Uni par Signal +44 7903 813 717

Téléchargez Signal App
Ajoutez BB 247 à vos contacts +44 7903 813 717 (mobile)

 

 

Articles connexes

Classement mondial des plus grosses places financières 2021

1.500 sociétés financières de l’Union européenne s’installent à Londres

Quelle est la capitale du numérique et des start-ups en Europe ?

Classement mondial des meilleures universités en 2021

Où vivent les milliardaires dans le monde en 2021 ? Forbes

Créer sa société Limited à Londres

Impôt minimum mondial sur les sociétés

Pays les plus attractifs en Europe pour investir

Fiscalité internationale des entreprises : Implications !

LE montage juridique pour optimiser la fiscalité de son entreprise

Croissance économique du Royaume-Uni 2021 – 2022

Un taux de croissance britannique excellent, malgré le Brexit !

8% de croissance en Angleterre, mieux que la zone Euro et les USA !

Confiance des dirigeants d’entreprises et optimisme des consommateurs