Un visa pour travailler au Royaume-Uni

Visa pour travailler au Royaume-Uni

Visa pour travailler au Royaume-Uni

Loi sur l’immigration post Brexit

Que retenir pour les candidats à l’expatriation ?

Tout comme aux USA, il faudra un visa pour travailler au Royaume-Uni au-delà du 29 mars 2019 en cas de Hard Brexit. Quelles seront les critères pour l’obtention d’un visa pour faire carrière à Londres après 2019 ? Notre analyse !

Sommaire

Visa pour travailler au Royaume-Uni

Visa pour travailler au Royaume-Uni

Immigration et négoce : le préambule au Brexit

Selon que l’on voit le verre à moitié plein ou à moitié vide, les acteurs du Brexit tirent leurs propres conclusions.

A la suite des pourparlers entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni, notre confrère Euro Accounting nous livre son analyse sur les inconvénients de la sortie du Royaume-Uni de l’Union.

Selon notre rédaction, il s’agit du verre à moitié vide – et non du verre à moitié plein. Cependant, trouver un travail au Royaume-Uni reste possible.

Échanges commerciaux entre l’Union et le Royaume-Uni

Lors d’un précèdent billet, notre confrère nous livrait son avis sur les échanges entre le continent et la Grande Bretagne.

Quid des transactions commerciales entre l’Union et le Royaume-Uni ?

La finance et la banque

Au même titre, le président de Carlton Sélection anticipe que Londres ne sera plus un centre financier au plan mondial après le Brexit.

Londres : quel avenir pour la place financière de la City post Brexit ?

Visa pour travailler au Royaume-Uni

Trouver un travail au Royaume-Uni

Nouvelle loi sur l’immigration en Grande Bretagne

Un visa pour les talents de demain !

Depuis des années, les migrants de l’Union affluent au Royaume-Uni pour bénéficier des opportunités professionnelles que Londres offre. En réalité, cela ne va pas changer après le Brexit. Avec une économie plus dynamique que le continent, Londres permet de rebondir.

En débit de la sortie de l’Union, le Royaume-Uni offre des opportunités qui permettent de donner une nouvelle dimension à votre vie professionnelle.

Dans un environnement législatif souple et favorable, le taux de chômage se trouve aux alentours de 4%. 2019 sera une année charnière.

Condition préalable au visa pour travailler au Royaume-Uni

Selon le projet de loi sur l’immigration au Royaume-Uni, les critères premiers seront les compétences et les niveaux de rémunération des candidats.

Tout comme l’Amérique de Barack Obama ou de Donald Trump, les postulants devront démontrer la valeur-ajoutée qu’ils apporteront.

Tous les migrants seront mis sur un pied d’égalité lors des démarches, donc finie la préférence aux migrants de l’Union Européenne.

Par conséquent, les études ou les emplois à Londres seront sanctionnés d’un visa.

Il faut rappeler que parmi ces mesures, heureusement, les séjours de courte durée et les vacances ne nécessitent par de visa.

Immigration post Brexit

Droit du travail, employeurs et entrepreneurs

À l’inverse d’aujourd’hui, le Brexit crée les mêmes contraintes et réglementations pour les ressortissants Européens et non-Européens. Cela change !

Avant de travailler au Royaume-Uni, les étudiants européens devront demander un visa et la même règle s’appliquera aux citoyens qui désirent s’installer et vivre au Royaume-Uni.

Selon nos sources, ce système sera valable à partir du 1er Janvier 2021, spécialement après la période de transition entre le Royaume-Uni et l’Union-Européenne.

Cependant, certains législateurs estiment qu’il y a encore un vide juridique sur la validité même de la période de transition en cas de Hard Brexit.

En clair, la nouvelle loi sur l’immigration pourrait entrer en vigueur dès le 30 mars 2019. Pour information, le Parlement a voté cette dernière en janvier.

Le droit du travail

Toutefois, l’absence d’accord sur le Brexit entre Londres et Bruxelles pourrait remettre l’évolution des normes en vigueur en cause.

En effet, certains partis de gauche pensent que les droits des travailleurs acquis seront mis à mal par le Gouvernement.

En dépit des promesses et assurances de tous les poids lourds du Parti Conservateur, certains  doutent encore.

Côté employeurs

En plus, le quotidien The Guardian ajoute qu’à chaque embauche européenne, les employeurs seront aussi confrontés à une charge annuelle de £ 1.000, comme ceux qui sont en dehors de l’U.E. et qui demandent un visa pour immigration.

Par justice envers les migrants du monde entier qui désirent trouver un travail au Royaume-Uni, nous applaudissons cette mesure.

Côté entrepreneurs

Si vous êtes entrepreneur, Londres reste la destination favorite en Europe. En effet, la fiscalité des entreprises et celle des dividendes restent les 2 leviers de la réussite.

Que vous soyez interdit bancaire en France ou interdit de gérer une entreprise, rien ne vous empêche de rebondir depuis Londres.

Bienvenue au pays de la libre entreprise, où l’on monte sa boite en 20 mn. !

Scénario Hard Brexit

Pour mémoire, le Gouvernement britannique travaille à l’annulation pure et simple des droits de douane sur les produits en provenance de l’Union.

De plus, l’impôt des sociétés sera réduit à 10 ou 12% sur les bénéfices des entreprises.

En outre, on s’attend également à une baisse possible du taux de TVA pour concurrencer le Luxembourg.

Trouver un travail au Royaume-Uni sera encore plus facile.

Selon nos différentes sources et expertise de la Grande Bretagne depuis 1983, la sortie de l’Union européenne n’offre que des opportunités malgré toute la mauvaise presse faite par la France.

Sans aucun doute, il y aura certes quelques perturbations à cause du backstop irlandais, mais on a rien sans rien. Les britanniques sauront anticiper, s’adapter et rebondir.

Prenez contact avec notre spécialiste Didier Delmer à Londres au +44 2081 44 45 46 ou mobile au +44 7903 813 717 dès 14 h.

Agissez comme s’il était impossible d’échouer. – Winston Churchill

 

Articles connexes : visa pour travailler au Royaume-Uni:

600.000 emplois menacés dans l’Union et dans le monde

S’expatrier à Londres : comment et quand ?

La France n’est plus attractive, même avec le Président Macron : Pourquoi partir de France ?